Quelle impatience d’en finir avec la platitude de ce canal latéral de La Garonne, vite traverser Bordeaux pour me heurter face à l’océan. C’est donc plein ouest, par l’ancienne voie de chemin de fer et vent de face que je fais route vers Lacanau Plage. Le parcours évoque des souvenirs de vacances avec ces fragrances d’un mélange de sève de pins, de genêts en fleurs, de fougères. Une touche d’air iodé s’y rajoute et laisse  présager de mon arrivée proche. Bivouac face à l’océan qui avec ses puissants rouleaux dans le soleil couchant font le jeu des surfeurs(es).

DSC01813DSC01810 C’est plein nord sur la vélodyssée (La plus longue véloroute aménagée de France, d’Hendaye à Roscoff) que je remonte la Côte d’Argent. Lacanau Océan, Carcans Plage, Hourtin Plage, Naujac Sur Mer, Montalivet, Soulac Sur Mer, autant de stations balnéaires qui me laissent indifférent avec leurs échoppes de souvenirs, d’articles de plage, de restos…Mais entre ces villages de villégiature de bord de mer, la piste qui serpente entre dunes, forêts, réserves naturelles, m’offre de magnifiques fenêtres sur l’Océan et ses grandes plages de sable.

DSC01807DSC01814

Le Verdon Sur Mer: terminus. Je quitte la région du Médoc. Je reconnais le phare de Cordouan(dernier phare construit au monde) et la grande roue de Royan de l’autre côté de la Gironde. Un service de bacs fluviaux m’assure la traversée de l’estuaire.

DSC01816Un début de parcours en Charente-Maritime sur la Côte de beauté à Royan et ses villas belles époques, hôtels particuliers jusqu’à La Palmyre. Un trajet que je finis par connaitre comme le fond de ma poche (randonnée pédestre GR4 de Grasse à Royan, marathon de Royan) mais splendide avec ses plages aux allures de petits croissants de sable nichés entre les rochers, ses cabanes de pêcheurs, ses carrelets.

DSC01663

3ème Côte dite Côte Sauvage. La vélodyssée file a travers la forêt domaniale de la Coubre façon montagne russe. Des nombreuses sentes à gauche me mènent à des plages orientées plein ouest mais avec une baignade déconseillée à cause de forts courants appelés baines.

De l’autre côté de l’estuaire de la Seudre, je pédale entre marais sillonnés de canaux et sous le vol bienveillant des cigognes, hérons pourprés, cygnes…. C’est un régal pour mes yeux d’ornithologue amateur.Je fais un bout de route avec Benjamin(ça va un moment le: » il voyage en solitaire » de G.MANSET) parti de Montpellier avec son vélo et sa remorque pour faire la saison aux Sables-D’Olonne.

DSC01823

DSC01818

Le fleuve La Charente et la cité royale de Rochefort traversés je me retrouve dans les terres sous une chaleur orageuse.

DSC01827Me voilà arrivé à la pointe des Boucholeurs (Personne qui travaille à l’élevage des moules sur les bouchots: support en bois enfoncés de moitié dans le sable) et la baie de Châtelaillon-Plage. Bien dommage que l’Ambiance Cabane soit fermée lors de mon passage pour dégustation.

Les roses trémières ont fait place aux pins maritimes depuis quelques kilomètres.

DSC01826

J’ai les tours gardiennes du port de La Rochelle en vue.

DSC01830

Je quitte l’océan pour rejoindre la cité fluviale de Marans(et son drôle de clocher) par le canal du même nom et rentrer en Vendée. Jolie étape également qui me fait découvrir la partie dite « desséchée » du marais poitevin mais hélas toujours avec ce temps orageux.

DSC01839

Les abris, le temps d’une grosse averse ne manquent pas, tel que celui-ci:DSC01842

 


 

 

 

Et toujours d’aussi magnifiques paysages de polders avec des châteaux d’eau comme unique point de repère.Beaucoup d’oiseaux observés feront mon bonheur de cette journée. 

DSC01845Virage à gauche toute pour rejoindre la Côte des Fleurs, L’Aiguillon Sur Mer, La Faute Sur Mer, La Tranche Sur Mer.

DSC01851Des voiles de pluie à l’horizon zébré d’impressionnants éclairs, sous des variations de couleur m’invitent à prolonger ma pause. Je prends un cours de peinture face à ce tableau vivant. Le ciel, ce n’est pas que du bleu uniforme.

DSC01849

DSC01852

Après La Tranche Sur Mer, le parcours longe quelques criques rocheuses.La Côte des Lumières m’ouvre ses portes aux Sables-D’Olonnes jusqu’à St Jean de Mont. A St Gilles Croix de Vie, le port, les quartiers anciens retiennent mon attention beaucoup plus que ses barres de logements face à la mer qui défigurent le paysage par la suite.

Je m’impose un petit crochet par l’île de Noirmoutier en empruntant le pont à l’aller et le passage du Gois pour le retour sur le continent. Il s’agit d’une route » sous le niveau de la mer » longue de 4,2kms reliant à marée basse l’île de Noirmoutier au continent. La traversée peut  représenter certains risques si l’on ne respecte pas les horaires des marées de basses eaux. Des mâts balises permettent  de se réfugier en cas de nécessité. De nombreux pêcheurs à pieds munis de petits râteaux grattent le sable à la recherche de coquillages style coques.DSC01858Du port du Bec, au port des Brochets en passant par celui des Champs, je traverse le pays de l’huitre avec ses maisons de pêcheurs, ses cabanes à carrelets , ses marais salants balayés par les embruns. Le dépaysement est toujours au rendez vous.DSC01865Le marais breton vendéen est déjà dans mon dos, voilà la Côte de Jade. Quelques criques de sable fin plus loin et passant par le vieux port de Pornic, j’achève mon périple de la Côte Atlantique à St Brévin. De l’autre côté du pont qui enjambe l’embouchure de La Loire se trouve St Nazaire.

DSC01868 Et là, la question: Je traverse ce pont pour continuer sur la piste Vélocéan qui me conduirait dans le Golfe du Morbilhan? ou bien je file vers Nantes, pour au delà prolonger mon parcours en remontant La Loire sur l’Eurovélo 6?