Les trains à l’heure m’ont permis de regagner la ligne de départ à Morlaix en début d’après-midi.(Et traverser Paris à vélo n’a rien d’effrayant, il suffit de se glisser dans les couloirs de bus autorisés aux cyclistes).
Vent et crachin breton, voilà ce que me réservait cette première journée de vélo, le long des champs de primeurs du pays léonard, jusqu’à Roscoff.(Ancienne cité de corsaires).Une étape qui a été l’occasion de réviser quelques réglages sur la mécanique et l’équilibrage du poids des sacoches.
Roscoff outre ses corsaires est connu pour ses Johnnies. Dans les années 1830, des marchands ambulants roscovites allaient vendre leur production d’oignons rosés de l’autre côté de la Manche.
C’est sur le ferry l’Oscar Wilde comme seul cycliste et sans oignons que j’ai embarqué pour Rosslare.
image